• p160

    le souvenir d'un futur,
    j'essaye de le noyer ...

    passe mon temps trop libre
    mon esprit si vide,
    mais non, mes pensées occupées
    par ce souvenir, vient me hanter.
    un infini limité sépare
    les mois d'une Trinité
    m'adresse au souvenir cavalier :
    cess de me torturer : part !

    alors je rêve d'une rose rouge,
    un bel inconnu me tend le main
    mon coeur s'emballe, tout bouge,
    main dans la main, la rose je tiens.
    mon inconnu, mon chevalier,
    viens à moi m'emporter
    loin du passé. toi et moi,
    dans ton rêve emmène-moi ...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :